33 ans, Photographe naturaliste

Depuis mon enfance, mon plus grand bonheur est de passer du temps dans les bois et les friches, de contempler, m’émerveiller, partager ces sentiments. La photographie m’est arrivée comme un moyen d’aller au plus proche de ce qui m’est essentiel : j’en ai fait mon métier depuis une dizaine d’années, en cherchant à rendre visible ce que l’on ne prend pas assez en considération, à émerveiller. L’émerveillement… ce qui permet de se sentir faire partie du tout. Mon guide, ma motivation. La porte d’entrée vers une autre ontologie, l’antidote à l’utilitarisme.
L’essentiel de mon travail se fait en Ardèche : en réalisant une dizaine d’ouvrages, des reportages et de nombreuses expositions, j’ai acquis de solides connaissances sur les milieux et les espèces, en explorant les moindres recoins du département.

Comme tant de ceux qui observent et ressentent, je suis touché de ce que l’on peut nommer la solastagie, cette souffrance face à l’effondrement écologique. L’amour du vivant, tout ce bonheur à ressentir, à contempler le sauvage, va de paire avec une profonde douleur devant l’extinction que nous provoquons. Nous avons tous entendus les signaux d’alarmes des scientifiques sur l’ampleur de la catastrophe en cours. Une acceptation lucide de la situation peut nous pousser, par delà espoir ou désespoir, au courage d’agir par des choix individuels et des engagements collectifs. Les différents moyens, et leur degré de radicalité, ne sont pas à opposer : leur diversité permettra au plus grand nombre de participer à une transformation sociétale avec un autre rapport au vivant, en développant la solidarité, en nous organisant face aux crises à venir et à la déplétion des ressources.

Au delà du sens de mon travail et de mes choix pour être cohérent, je m’investis dans différents collectifs et associations. J’étais à l’initiative de la première marche pour le climat et le vivant à Aubenas, en septembre 2018, et très impliqué dans l’organisation des suivantes. Aujourd’hui, c’est avec conviction que je participe à cette aventure des élections municipales, avec une équipe énergique, compétente, citoyenne, portant de belles valeurs humaines, et consciente des enjeux de notre temps. Ces élections me paraissent cruciales : dans les prochaines années, on peut s’attendre à de profonds bouleversements, et les leviers à cette échelle locale sont déterminants.

Une phrase dans laquelle je me reconnais : « Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend. »

Pin It on Pinterest

Share This