Ingénieur Génie Civil et Urbanisme, enseignant, 26 ans

Après des études en Génie-Civil et Urbanisme à Lyon et une expérience de recherche sur les mobilités durables au Québec, j’ai choisi de revenir au pays pour explorer d’autres voies et un mode de vie plus équilibré. Habitant aujourd’hui en centre-ville d’Aubenas, je cultive un jardin au bord du canal de Baza et travaille comme professeur particulier de Mathématiques. Je m’investie également à la Cantine Populaire et au Conseil Local de Développement de la communauté de communes où je travaille sur les thèmes de la transition écologique et des mobilités.

Écolo dans mon mode de vie, partisan d’une société où chacun prend soin de son environnement et cultive un jardin, je suis particulièrement touché par les nuisances liées à la généralisation de la voiture et à la consommation d’espace pour du résidentiel périurbain non coordonné ou de grands espaces commerciaux. Au delà d’une segmentation fonctionnelle de l’espace, je pense qu’il faut travailler sur l’identité et la spécificité de nos quartiers et de nos communes pour y impulser de nouvelles dynamiques et y favoriser des déplacements alternatifs à la voiture individuelle en s’appuyant sur un système de transport structuré à l’image positive.

Pourquoi pas un transport dédié reliant l’Airette et une futur plage à Pont d’Aubenas, une liaison directe entre l’air et l’eau ou un saut dans le temps ? Pourquoi pas une liaison plus fréquente par bus entre Aubenas et Vals au lieu d’un grand nombre de voitures sur cet axe ? Pourquoi pas, encore, un bus qui nous déposerait à Lentillères pour prendre l’air sur le Tanargue et contempler les roches à l’Ouest, à Saint-Pierre pour une journée d’aide à la ferme ou une promenade sur les quais de l’Ardèche ? Pourquoi pas des oliveraies aux Oliviers où nous nous rendrions pour prendre soin des arbres, récolter et presser les fruits en admirant le paysage sur le Sud et le mont Bouquet ? Pourquoi pas plus de considération et de sécurité pour le vélo afin de généraliser sa pratique au quotidien ?

En plus de nouveaux aménagements et des transports efficaces pour aller d’un lieu à l’autre, nous devrions inscrire le renouveau urbain dans le cadre d’une politique culturelle et informer sur la spécificité des lieux que nous traversons, sur les végétaux qui nous entourent, l’architecture, la géologie et faire de notre territoire le socle d’une meilleure éducation à notre patrimoine et à notre environnement. Au delà de ce que nous devons proposer dans nos écoles, il faut souhaiter que chaque aménagement soit l’occasion de nous ouvrir l’esprit, qu’Aubenas soit le support d’un véritable musée urbain et que l’art nous invite à prendre soin de ce qui nous entoure.

Pin It on Pinterest

Share This