| TRIBUNE | Par Alice BEL

Chaque habitant de la Communauté de Communes d’Aubenas a produit en moyenne 286 kilos de déchets ménagers en 2018.

Le saviez-vous ? Le simple fait de ne pas y mettre les déchets compostables  (restes de nourriture, épluchures…) permettrait de diminuer ainsi 35% du poids de nos poubelles, soient 100kg en moins par an et par habitant. Je vous laisse imaginer l’énergie économisée dûe au nombre de sacs poubelle en moins à sortir par an, la réduction des émissions de CO² par les camions de collecte ainsi nécessaires en moins grand nombre sur les routes ainsi que la diminution des risques de contamination des sols et des eaux dues au “jus” produit lors de l’enfouissement des denrées putrescibles avec nos déchets ménagers.

Face à ce petit geste important, plusieurs solutions simples s’offrent à nous : adopter un couple de poules qui peuvent engloutir individuellement 150kg de déchets compostables par an, opter pour le lombricompostage et ses petits travailleurs souterrains, le compostage…

Si on prenait tous conscience, élus de la mairie inclus (si en plus, ces élus expérimentent déjà certaines solutions, comme la démarche “Zéro Déchet”, le compostage, les déplacements à pieds ou à vélo… ), qu’on peut tous faire quelque chose … Le “consom’acteur”, vous connaissez ? C’est votre pouvoir de consommer ! On a le choix. Pas toujours facile certes, mais on l’a. Si on s’y met tous un peu, c’est déjà bien, même si on devra aller plus loin (Etat d’Urgence Climatique disent certains…) !

On pourrait commencer par imaginer que le tri peut se faire dans la rue, avec des poubelles dédiées (papiers/cartons, ordures ménagères, emballages..) & même des composteurs partagés. Ça paraît fou mais finalement, rencontrer ses voisins autour d’une bonne action de recyclage au composteur du coin, ça se fait aussi bien que de se rencontrer dans les rayons d’un magasin !

Les magasins, parlons-en… Si on essayait de réfléchir avant d’acheter ? Se demander, pour commencer, si on a besoin de telle ou telle chose ? De tous ces emballages ? Emballages qu’on peut laisser au magasin concerné, d’après la loi, pour éviter de rajouter du poids à nos ordures ménagères de particuliers. Si on buvait l’eau du robinet plutôt que celle des bouteilles en plastique ? Dans des gourdes réutilisables et avec une eau de qualité ? “Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’Humanité”.

Si on essayait de réduire le poids de nos emballages aussi ? En apprenant à prendre nos boîtes vides à la maison, pour les amener chez le boulanger, le fromager, le boucher, et même… dans les magasins qui vendent du vrac ! Vous pouvez déjà reconnaître les commerçants concernés avec un autocollant sur leur vitrine (“Ici, votre commerçant accepte vos contenants vides”). On serait finalement tous écolos, sans passer pour des bobos… Et des trucs comme ça, on en a plein en réserve, les associations du coin aussi. Alors on vous propose de ne pas vous culpabiliser sur ce que vous achetez, mais d’apprendre à acheter différemment. Apprendre à faire de la qualité un réflexe, plutôt que la quantité. Et vous verrez, ça ne coûte pas plus cher de remplacer les produits ménagers par un produit à base d’eau et de…vinaigre, ni d’acheter en vrac plutôt qu’emballé (et oui ! Ça réduit aussi la facture emballages chez le commerçant et la facture “marketing” pour le client !).

On parie qu’ensemble, on fait baisser ces chiffres et on s’accompagne vers une transition nécessaire avant d’être au pied du mur ?

 

Pin It on Pinterest

Share This