Intervenante petite enfance, 26 ans

J’ai grandi en montagne Ardéchoise, dans la vallée de la Besorgues. Petite fille d’Apiculteurs Bio (Vallée de l’Eyrieux) et de propriétaires d’un moulinage (bassin d’Aubenas) du côté de mon père, toute mon enfance a été baignée dans un milieu respectueux de la nature et de l’environnement, et de bonnes valeurs m’ont été transmises.

Adolescente, j’ai fais partie des Scouts pendant 7 ans. Selon les années, nous avons mené plusieurs actions et projets reliés à la Terre (camps itinérants à pieds ou à vélo, campements avec peu d’impact environnemental, économie de l’eau, ramassages de déchets sur les plages, surveillance des feux de forêts pour les pompiers…).

J’ai ensuite passé 5 années en Angleterre où j’ai appris l’ébénisterie en école pendant deux ans, puis j’ai été cuisinière dans un restaurant quasiment végétarien (avec options vegan et sans gluten). Là-bas, j’ai vécu un an dans un éco-village (dans une maison en terre-paille sans eau courante) puis quatre ans en colocation (avec repas et décisions pris en commun, compost et potager partagé…).

J’appréciais énormément me déplacer à vélo, là-bas, car les villes et presque toutes les routes étaient parfaitement aménagées pour ce moyen de déplacement ! Lorsque j’y ai passé mon permis voiture, j’ai appris que les vélos étaient extrêmement importants, souvent prioritaires, etc… Le déplacement à vélo est un point que nous devrions améliorer de toute urgence dans les campagnes de France afin de favoriser et d’encourager les personnes souhaitant se déplacer ainsi.

Je suis maintenant de retour « au pays » pour m’installer durablement, et aimerais combiner ma passion pour la cuisine avec d’autres de mes intérêts comme l’accueil, le maraîchage et la transformation (tout en respectant mes convictions et mon respect pour notre planète).

Cette année, je fais un service civique à l’école associative de l’Arrosoir (jardin d’enfants Steiner, situé à Dugradus, près des bords de l’Ardèche et de la forêt). C’est une expérience humaine riche, qui m’aide à grandir chaque jour et regardant ces enfants s’épanouir et avancer dans ce cadre tellement propice (pleine nature, ils jouent beaucoup dehors, avec matériaux naturels..).

En parallèle, je cherche à m’installer avec mon compagnon dans notre belle Ardèche, où il devient difficile pour des jeunes du coin de s’installer (d’autres jeunes de notre âge sont dans ce cas aussi, malheureusement) : les biens ont atteint des valeurs qui semblent irréelles, laissant des maisons à l’abandon ou revendues comme maisons secondaires… Combien de maisons, qui pourraient loger de jeunes ardéchois souhaitant faire marcher l’économie locale et travailler la terre, se retrouvent fermées 10 mois par an ? Tels des lieux fantômes… Je suis donc pour une régulation, au moins un contrôle un peu poussé quand à l’investissement en Ardèche, où il devient vraiment compliqué de s’installer pour les habitants « à l’année ».

Je vis pour l’instant au cœur de la ville d’Aubenas, et il me semble important que cette liste puisse exister. Je suis heureuse de voir que nous sommes plusieurs jeunes à « prendre le relais », à nous impliquer pour tenter de rattraper cet avenir incertain qui nous fait face, en changeant les choses à notre échelle…

Mes idées pour la ville : un vrai transport en commun (bus plus réguliers et/où d’avantage de lignes), système de location de vélos plus installée et abordable, plus d’espaces verts, de jardins partagés, installer des composteurs dans la ville (une urgence !), des cantines bio et/ou locales au maximum, etc…

Pin It on Pinterest

Share This